10/15/2006

Épernay



C'est la première fois que je prend le train en Europe. Bon je voyais ça un peu comme le métro mais qui passe pas aussi souvent. La première chose qui m'a frappé ça été une petite boite en plastique écrit “COMPOSTEUR” par chez nous le composte c'est des vidanges biodégradable qui en bout de ligne donne un terrau fertile. Mon imagination fait en sorte que je vois cette petite boite comme une déchicteuse à billet qu'on utilise quand on n'a plus besoin du billet. Tout était claire dans ma tête, la machine déchicte le billet en petite granule qui tombe via le tuyeau dans un gros bac à composte. Je n'avais pas encore mon billet à la main donc je me suis dit qu'il devait être fait d'un papier uber écologique. Pour bien vulgariser mes propos voici ma fine anlayse du recycleur.




Quand j'ai finalement eu mon billet, j'ai vu que c'était un gros papier ciré complètement non recyclable. En plus la mention “BILLET à composter avant l'accès au train”. Bon ma théorie était devenue un peu fouareuse. “Si je fou mon billet dans la déchicteuse ils vont faire comment pour savoir que j'ai payé?!” C'est alors que je vois les gens foutre leurs billets dedans et celui-ci ressort dans le même état et la machine indique BILLET COMPOSTÉ. Ohhhh je vois... Donc je fou mon billet dans la machine celui-ci entre à peine dix centimètres et la mention à l'écran reste identique BILLET COMPOSTÉ. En fait la mention “GROS CAVE ENTRE LE BILLET DE L'AUTRE CÔTÉ SI TU VEUX QUE JE COMPOSTE” aurait probablement été de mise. En effet, lors de la patrouille des tickets, le checkeux de billet, m'indique que mon billet n'est pas composté. Ehhh je lui explique que c'est la première fois que je prend le train et que quand :

-J'ai foutu le billet dans la slot ben y'avait la mention COMPOSTÉ.
-Zette Canadien vous hien?
-Et oui
-Ohhh allez ça va avec votre accent, mais attention la prochaine fois vous pourriez avoir une amende

Et voila le légendaire accent canadien qui sort d'une situation fâcheuse! La run en train était pas trop pénible, j'en ai profité pour lire la suite du Jour des fourmies de Bernard Werber. De temps en temps un autre train en direction inverse passe, la pression d'air engendré fait claquer les fenêtres assez violament. C'est relativement impressionnant de voir défiler un train de 500m défiler bout en bout en 3 seconde.

Arrivé à la garre je suis allez directement à l'hotel sans passer go. La chambre était très modeste mais bon pour 30€ faut pas trop demander. Fait étrange quand je me suis couché on pouvait entendre à travers la rue à tue tête des tounes de Céline Dion. Peut-être qu'elle donnait un show privé pour une cave de champagne pas loin ou peut être une cave écoutait du Céline Dion avec le volume trop fort.

TwiTwiii Twuiiii les ti oiseaux me sorte de mon sommeil c'est le temps d'allez faire le touriste. Ti-dej sympatique à l'hotel. Pour être fidel à moi même, comme un imbécile j'ai attendu 10 min pour qu'il m'amène une tasse à café parce que j'avais pas réalisé que le giganteste bol sur mon aciette était pour eux une tasse de café. L'inflation des tasses va vite en france, de paris où tu bois dans un shooter ton café à Épernay où t'a un bol à soupe avec une minuscule anse que je ne voyais pas à cause de la position du bol-tasse-whatever.

Bon j'ai dit qu'Épernay était un trou dans mon dernier billet, cependant cette illusion dû à la perception d'un gars qui regarde de l'espace (google map) et qui compare la flaque de gris entre Reims et Épernay, j'avais fait le savant calcule que c'était un trou. Ehhh non à ma grande surprise c'est plustôt comparable au Vieux Montréal mais mieux entretenue. Pour me rendre à l'avenue Champagne, j'ai dû passé par le centre-ville d'Épernay. C'était très bien, un sympatique petit marché publique où tout le monde semble se connaître des petites boutiques branchés et plein de petite attention digne d'une ville de bourgeoise. Rendu à l'avenue champagne MOET & CHANDON était la première cave. Ça tombe bien, c'est la plus réputé. Prix de l'entré de 8€ à 20€, comme c'est les vacances et je me claque la “deluxe editon”. Au début présentation des bonzomes fondateurs comme j'en avais plus ou moins rien à foutre je me suis surtout attardé à l'évaluation foncière de l'endroit, mon verdicte: quelques €uros! Mais bon c'était quand même plus sobre que les gadgets de Joe-Louis-Le-King XVIIXXIVMMC


Après un petit film de propagante commercial le fun commence, l'entrer de la cave. Les caves sont creusé à même la craie présente en abondance dans le sol de la région. La température est fraîche et humide et les champignons semblent proliférer à fond sur les plafonds. Bon y'avais plein d'info très intéressantes sur la fabrication du champagne mais je vais malheureusement pas ajouter plus de fautes à ce texte.

Demain je vais essayé de vous comptez la suite du voyage qui c'est passé à Reims


VOIR TOUTES LES PHOTOS EN COMMENT-O-RAMA

5 commentaires:

Mathieu a dit...

Ouan en Europe la perception des billets change de pays en pays.. Y paraît qu'en Allemagne tu ne te fais jamais "carter" quand tu prends le bus... mais fait gaffe si tu te fais coincer sans billets!

Eric a dit...

Très nice le dessin.

amelie.ouellet a dit...

Ah oui, les composteurs! Je me souviens aussi de notre interrogation qd on avait pris le train!
Et les photos sont vrmt nice! Surtout celle avec ton pote Dom ;)
Continu à nous mettre des commentaires. C'est vraiment comme un tour guidé mais en vrmt drole (ie : "coupe moi pas la tete, jesus taime!")!

Le détaché a dit...

Merci de vos commentaires ça m'encourage à continuer!

Ce soir je vais foutre la suite des pix de Reims

Jean-Sébastien a dit...

Messemble que Céline le volume est toujours trop fort!!

À part pour ca: TAKE A KAYAK!!