1/22/2007

Chamonix

Départ Paris 23h40, direction Chamonix via un train de nuit… Le train et les wagons sont plus vieux que moi d’au moins deux bonnes décennies. Le concept d’un train de nuit est que les wagons sont des dortoirs. L’espace vital est réduit au minimum comme dans un sous-marin. Par minimum je veux dire 6 couchettes dans une pièce plus petite que ma salle de bain. Pour vous donnez une idée, pendant les 9 heures qu’on durées le trajet je me sentais comme dans la valise d’un char en mouvement, bref j’ai pas vraiment dormis, mais bon la vue des montagnes ma vite fait oublié cette nuit blanche!

Click Click Click je prends des photos plein de photossssssssss ouai c’est cool les photoo0s001SS!!!111à!! Mais où sont ces photos?! Par sur le blogton encore??! Pas sur l’album du détaché?!!? Et non, la raison est bien simple.

J’AI PERDU MA FOUTUE CAMÉRA SUR LA PISTE DE SKI…

Voyez-vous une certaine compagnie qui fait de l’équipement de SKI design des manteaux d’hiver pour faire du SKI et l’ingénieux en charge de foutre les zippers c’est dit que ça serait pas mal brillant de faire en sorte que quand tu te plante en ski les poches ouvrent automatiquement… #W$%@#$?@#$

Mais pas de panique avec MS Paint, j’ai été en mesure de vous reproduire fidèlement ce qui se retrouvait sur ma caméra…

Alors, voici un panoramique du mont-blanc :

Voici moi qui déballe la pente de ski :





Bon heureusement pour ceux qui ont un grand sens de l’observation et qui se sont aperçus que ces images sont de synthèse de hautes qualités possèdent quelques petits défauts subtils… Math et Dan n’ont pas perdu leur caméra, ils vont mettre leurs photos en ligne bientôt…


En gros ma fin de semaine se résume comme ceci :

Train
Sommeil absent
Attends après les skis
Ski
Chienne de crever
Ski
Tartiflette
Bière
Ski
Douleurs
Tartiflette
Bière
Ski
Douleur
Grosse vie sale
Dodo
Ski
Douleur
Tartiflette
Vin
Ski
Douleur
Cassoulet
Vin
Ski
Douleur
Très grosse vie sale
Bière
Bière
Bière
Bière
Marde de clown
Bière
Marde de clown
Bière
Train
Sommeil profond de gars soul


Faits saillants de la fin de semaine

L’hôtel est vraiment cool, super vue, super prix, super staff SAUF deux points négatifs :

Le staff de location de ski sont arriéré et les oreillers sont fait pour des géants qui ont une tête grosse comme le tronc d’un séquoia. Pour mon accusation gratuite envers le staff du rental je m’explique :

On prend la peine de remplir d’avance sur le net la foutue fiche de location question de maximiser le pick-up une fois sur place (et sauver 20%). Arrivé là-bas, ça prend 10 min. trouver la méga fiche informatique, en fait j’ai eu le temps de la ré remplir avant qu’il la retrouve. La fille complètement mystifiée par l’informatique tente de trouver les settings à mettre sur les ski en fonction des mes information bio-métric-top-compliqué c'est-à-dire grandeur et poids… Un bon 20 min. pour finalement trouver la super valeur mystique qui correspond à la division par 10 du poids de la personne… Même gammique pour Dan, je pense qu’on a perdu une bonne heure dans le stand de location j’ose même pas imaginer si ont aurait été plus que deux à vouloir louer du stock!

Finalement, on marche jusqu’à la montagne (Le brevant) les autres pentes étant fermé ou pas assez enneigé ou trop hardcore pour qu’on y aille sans guide. Donc dix minutes de marche lunaire plus tard on arrive au téléphérique. À partir de la c’est une ascension de 2500 mètres avec une vue vraiment hot (voir photos ms paint!) Sans trop checker nos affaires on monte jusqu’au top, rendu labas moi et dan on est un peu traumatisé de voir la pente. Mathieu lui ayant fait du ski depuis qu'il est tout petit donc aucun stress pour lui...

Pour moi qui est très débutant (2 décentes au Québec) je suis pas trop habitué au concept de piste des alpes... Une piste de 3 m de large avec à droite un mur de roche de type « J’arrache ta face quand tu veux » et à gauche une falaise infinie protégée par une tite-corde à peine plus grosse que celle utilisée pour indiquer une peinture fraîche… On décent donc en mode hyper slow motion la pente préférant parfois descendre sur le cul que de me broyer sur les roches ou finir dans un bruit écho en fade out…

Arrivé en bas et TRÈS heureux d’être en vie on se rend compte que les pistes étaient en mode losange pas trop idéal pour une première descente. En plus pour ajouter au plaisir la neige très collante s’amusait à arracher mes skis à la moindre bosse ou virage sec... Après deux ou trois descentes à me planter à tout bout de champ, je commencé à me pauser des questions sur la viabilité du matos. Je vais voir au remonte-pente et demande conseil aux personel responsable de surveiller à ce que personne ne se fasse déchiqueter par les remonté méchanique... Le mec regarde prend un de mes mini-skis et me demande mon poids… Quand je lui ai répondu il part à rire... N'ayant plus vraiment d'égo je savais pas trop à quoi m'attendre... Ça l'air que la méga championne de la location a ajusté les ski 20 kg (44 lbs) en dessous de mon poids. Comme par magie à partir de ce moment j’ai été en mesure de faire du ski sans provoquer des avalanches locales et avoir (trop) peur de crever...

Au bout de la journée, mes pieds ou plus tôt la peau autour de ceux-ci ont commencé à se plaindre… L’humidité et la laine de mes bas ont commencé tranquillement à gruger ma peau cheap de côté de petits orteils… Au début c’était juste inconfortable, mais à force de dire « Tayeule ti-orteils » ils ont fini par faire deux merveilleuses ampoules qui couvrent une bonne partie de la surface… Le reste de ma fin de semaine, c’est donc déroulé avec le cri des orteils en feu…

Mis à pars le ski, j’ai eu l’occasion de goûter aux spécialités locales. Ma préférée la tartiflette! J’en ai mangé trois fois en deux jours c’est vraiment « bon dans yeule »!
Ajouté à ça le fait de la bouffer à 2500 mètres de haut pis je pense que c’est tuff être dessus de sa fin de semaine malgré les événements malheureux. Après le ski on a profité à fond du centre de sports très propices aux pintes de bière avec les deux types de saunas (sec et tout sauf sec) et le jacousi.

8 commentaires:

mathg a dit...

Bon, tu m'as fait rire comme un cave au travail avec ce récit.. et surtout les images représentant ta vision du Mont Blanc.

Se saouler avant une excursion en autobus ou en train est toujours une bonne façon de s'assurer un sommeil victorieux lors du périple :-)

nicchen a dit...
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blogue.
Le détaché a dit...

Le seul problème quand tu prend le train soul c'est que les autres passagers son très déçu d'être dans la cabine aux éffluves de bière et gras de mcdonald!

Constatateur a dit...

Wow, Le Détaché est big maintenant, le spam se rend jusqu'à lui!!!! Il n'est plus un anomyme du web... :P

Le détaché a dit...

J'ai mis la modération à on, j'essais d'évité l'entré de vérification de mot qui me purge surtout quand y'a des 0 et de O...

Miss Foxie a dit...

Ha ça me donne envie d'aller à Chamonix :)! Les dieux te surveillaient tu pouvait pas tomber dans le ravin enfin si mais disons que des ampoules vis-à-vis un détaché en morceaux détachés hihi... Maintenant voilà l'occasion de te munir DU kodak... avoue c'était arrangé ;-)

mat a dit...

Ta juste a venir en mars on y retourne!
Serieux tres bien ton blog post et on a bien rigolé et bouffé
next time on essaira de bien boire!

amelie.ouellet a dit...

Ouf! T encore en vie ;) Malgré tout! hehehe! J'espere que tes ti-orteils vont mieux :P

bye bye!